Comme IBM dans les années 1990, Microsoft est en perte de vitesse constante depuis une dizaine d’années. Microsoft n’est plus tendance. On utilise Outlook car c’est l’outil imposé par le département informatique. Les mises à jour Windows 8 ont été un vrai cauchemar. L’innovation, le design, le fun sont ailleurs, chez Google et Apple.

Outlook, Word, Excel et PowerPoint sont une des vaches à lait de l’entreprise depuis 30 ans. Ces produits ont vieilli mais dominent encore les PC de beaucoup d’entreprises, comme les écrans verts équipaient encore beaucoup d’entreprises dans les années 90.

Par une ironie de l’histoire, Microsoft qui avait rendu IBM obsolète il y a 20 ans, est en train de suivre le même chemin, détrôné par par Apple, Google, Amazon et Facebook.

L’arrivée de Satya Nadella, qui a remplacé Steve Ballmer comme CEO en février 2014, annonce l’heure de la contre-attaque.Satya Nadella

La première brique majeure de la nouvelle stratégie date encore de l’époque Ballmer, avec le lancement d’Office 365, une version « cloud » de la suite bureautique classique Microsoft en 2011.

Satya Nadella passe à la vitesse supérieure en partant à la chasse aux utilisateurs et aux entreprises sur toutes les plateformes.

Après avoir sorti une version de Word, Excel et PowerPoint pour iOS et Android cet automne, Microsoft vient d’acheter coup sur coup deux applications destinées à devenir Outlook pour iOS en achetant Accompli pour 200 M$ et le calendrier Sunrise pour 100 M$.

Microsoft contre attaque aussi dans le domaine de la prise de notes, en sortant de nouvelles versions iPhone/iPad, Android, et Mac de son logiciel OneNote, concurrent d’Evernote.

On parle de la sortie d’une suite Office complète pour Mac au premier semestre 2015.

L’annonce de Windows 10 en janvier 2015 marque aussi un changement d’époque.

Il semble enfin que Microsoft ait réussi à créer une version moderne de son système d’exploitation. Windows 10 est élégant, cool et innovant.

Microsoft a finalement compris qu’il était vital que les centaines de millions de PC sous Windows 7 et 8 migrent sur Windows 10 le plus rapidement possible. La mise à jour sera gratuite, comme Apple le fait depuis des années. Satya Nadella ne s’est donc pas uniquement inspiré d’Apple en remplaçant la cravate par le t-shirt…

Satya Nadella a compris que la bataille stratégique en cours, celle qui déterminera la vie et la mort de Microsoft, est la maîtrise des applications du poste de travail des professionnels et des managers.

Pour une vaste majorité d’employés, « travailler » c’est écrire et communiquer en utilisant divers outils de productivité.

Les modèles sur lesquels sont bâtis Outlook, Word et PowerPoint, des applications monolithiques et monopostes, sont dépassés. À l’heure du tchat, envoyer un email est devenu archaïque. Écrire ou créer doit se faire dans un environnement collaboratif, multiplaforme et mobile.

Microsoft va-t-il réussir à moderniser ses applications historiques pour les adapter aux nouvelles règles du jeux suffisamment rapidement, face à des acteurs qui sont nés avec le nouveau paradigme ?

Ceux qui ont été témoins de la victoire de Microsoft sur IBM au début des années 1990 se rappelleront des efforts désespérés d’IBM (OS/2…) pour reprendre du terrain et copier les meilleures idées de son nouvel ennemi mortel. Le challenger, Microsoft, avait fini par terrasser le géant IBM, malgré ses milliards et sa présence dans toutes les grandes entreprises du monde.

Allons nous revivre le même scénario ?

Les nouveaux acteurs ne restent pas inactifs. Apple et Android dominent le monde du mobile. Google maîtrise la recherche, loin devant Bing. Amazon vient de lancer WorkMail, sa plateforme email pour les entreprises. Même Facebook se lance à la conquête des entreprises avec « Facebook at Work ». Dans un monde « cloud » très ouvert, des centaines de startups proposent des solutions innovantes, dont certaines emportent des pans entiers de marché.

Ces dix dernières années, les géants de la technologie se sont battus pour savoir qui allait dominer le monde du mobile et du cloud. La nouvelle bataille sera la définition des nouveaux outils de la productivité. Qui sera le successeur d’Office sur les bureaux de centaines de millions d’utilisateurs dans un monde post-email ?

La contre-attaque de Microsoft force les acteurs à continuer à innover. Evernote était déjà en passe de devenir le standard de la prise de note. La contre-attaque de Microsoft avec OneNote va forcer l’éléphant vert à sortir de son assoupissement.

Toutes les solutions de productivité « cloud » sont directement menacées par un retour en force d’un bureau « tout Microsoft ». Ils vont devoir continuer à innover et à nous fournir de meilleurs services moins chers.

Que Microsoft gagne son pari ou pas, nous sommes gagnants !

Yannick Bollati