RévolutionLa 4e révolution industrielle est à la mode. Que recouvre vraiment ce concept ? Pourquoi devez-vous vous y préparer ?

Vous connaissez certainement la première révolution industrielle. Celle qui, avec l’arrivée de la machine à vapeur, permis entre la fin du 18e siècle et le milieu du 19e l’émergence de l’industrie lourde, des chemins de fer et des aciéries. Une révolution industrielle est liée à l’émergence d’une ou plusieurs technologies, mais c’est aussi une révolution politique et sociale. La première révolution industrielle a créé le monde ouvrier en même temps que les usines. Elle a aussi créé les conditions de l’émergence d’une nouvelle utopie: le communisme.

Vous êtes peut-être moins familier avec la deuxième révolution industrielle, celle de la technologie. Entre la fin du 19e siècle et la Seconde Guerre mondiale, l’électricité, l’automobile, le téléphone et la radio se sont répandus dans des millions de foyers. La Ford-T est à la deuxième révolution industrielle ce que les aciéries étaient à la première. Là encore les impacts sociaux et politiques ont été profonds. C’est la naissance d’une classe moyenne et l’ancrage de la démocratie. La technologie devient « personnelle » et permet l’émergence de la consommation de masse.

La troisième révolution industrielle est celle de l’informatique. Elle débute dès les années 1950 avec l’apparition des ordinateurs modernes, connectés dès le début des années 1970 par les ancêtres d’internet. Dès la première décennie du 21e siècle, l’informatisation de la société et des entreprises est quasi complète. Wikipédia et Google sont l’aboutissement de l’accès global à l’information. Comme toutes les révolutions industrielles, les impacts sociaux et politiques sont importants. On assiste à la naissance de la contreculture et l’intensification de l’individualisme. Nous devenons tous des « indépendants ». Même si nous cherchons à recréer des liens via Facebook, la société de classes disparaît petit à petit pour laisser place à un monde plus global et plus fluide.

Les impacts de la 3e révolution industrielle sont encore loin d’être tous digérés, notamment au niveau géostratégique. Le réseau mondial et la démocratisation de la puissance informatique ont facilité des rééquilibrages entre les anciennes grandes puissances. Europe et USA d’un côté et les pays « émergés » comme la Chine de l’autre. La circulation des connaissances a pris le relais après celle des marchandises. Des centaines de millions de Chinois ou d’Indiens entrent dans la classe moyenne et sont beaucoup plus facilement qu’avant en concurrence directe avec les classes moyennes des anciennes puissances occidentales. Cette remise en cause des anciens équilibres a créé un sentiment d’insécurité et un certain pessimisme en Europe. La contreculture « écologique » se développe notamment en réaction à ces peurs.

Et la 4e révolution industrielle alors ? Quelles sont les nouvelles technologies qui déclenchent cette révolution ? Quels impacts sociaux et politiques pouvons-nous déjà discerner aujourd’hui ?

La 4e révolution industrielle est l’intégration à grande échelle de l’informatique avec le monde réel. Cela peut prendre différentes formes. Ce qui est classiquement appelé l’internet des objets, c’est-à-dire la connexion de millions d’appareils dotés de milliards de capteurs à l’internet mondial. L’internet des objets permet au monde virtuel de « percevoir » le monde réel. On place de l’intelligence et du digital dans tous les produits et services : lunettes, frigo, voiture, pipeline… Tout ça deviendra intelligent. Les imprimantes 3D rendent facile la fabrication d’objets à partir de modèles virtuels. L’intelligence artificielle et les robots permettent une interaction naturelle entre les ordinateurs et leur environnement humain.

Toutes ces technologies ne sont  pas absolument nouvelles. Les algorithmes de « deep learning » ou les machines et outils à commande numérique existent depuis plusieurs décennies, mais ces technologies peuvent maintenant s’appuyer sur les infrastructures et un volume de données qui n’étaient pas disponibles jusqu’à aujourd’hui.

À notre échelle de chef d’entreprise, sommes-nous prêts à absorber ces nouveaux changements ?

Quant aux impacts sociaux et politiques, ils sont encore peu clairs. Avançons-nous vers une société “postmoderne”, respectueuse de l’homme et l’environnement ? Ou a contrario, sommes-nous en train de nous diriger vers un nouveau totalitarisme, à la chinoise, dopé par la puissance de la surveillance permanente des citoyens rendue possible par les technologies de cette 4e révolution ? La réalisation concrète de la “ Police de la Pensée ” telle que la cauchemardait George Orwell ?

Comme dans toutes les périodes de changement, de grands défis, mais aussi de nombreuses opportunités s’offrent à nous.

Yannick Bollati